L’expression du jour : un coup de Trafalgar

Un coup de Trafalgar est une grosse désillusion, un coup dur aux lourdes conséquences.

Cette expression fait bien évidemment référence à la célèbre bataille navale de Trafalgar (près de Cadix en Espagne) où les troupes napéoliennes alliées aux troupes espagnoles sont battues par les britanniques emmenés par le célèbre vice-amiral Nelson qui perdra la vie lors de la bataille.

1805. Lassé de la supériorité britannique sur les mers et souhaitant envahir les îles britanniques, Napoléon tente un coup. Il veut d’abord réunir sa flotte (malgré le blocus anglais) depuis les ports de Brest en Bretagne et de Toulon (près de Marseille) et la conduire vers les Antilles. Il compte ainsi y attirer les anglais et les disperser afin de mieux les surprendre à leur retour. Le manque d’audace de l’amiral Villeneuve en qui Napoléon a placé toute sa confiance et la communication défaillante au sein de la flotte mettent à mal les plans de l’Empereur.

La première phase s’étant soldée par un échec, la flotte française se rend à Cadix pour faire la jonction avec les navires espagnols.

La bataille finale a lieu à Trafalgar en octobre 1805. Au terme d’une rude bataille où le génie de Nelson a encore parlé (grâce à une tactique relativement innovatrice pour l’époque et surprenante, il comble l’infériorité numérique de sa flotte), les anglais confirment leur nette supériorité en mer et infligent une cuisante défaite à l’alliance franco-espagnole (les espagnols sont encore alliés des troupes de l’Empire en 1805… Mais plus pour très longtemps!).

hms victory
Le HMS Victory de l’amiral Nelson, port de Portsmouth

Plus que jamais, Napoléon prend conscience de la vulnérabilité de ses troupes en mer et de la domination britannique…
Pour la petite histoire, rappelons qu’on trouve une place Trafalgar à Londres (Trafalgar Square) et que la date du 21 octobre a pendant de longues années été célébrée dans tout l’Empire britannnique.

Enfin, et pour revenir à l’aspect lexical de l’article, il est intéressant d’observer qu’une autre défaite de Napoléon est également synonyme de coup dur, de désastre: une bérézina.
La Bérézina est le nom d’un fleuve russe et d’une bataille (aux environs de Borisov dans l’actuelle Biélorussie) qui eut lieu en novembre 1812 et au cours de laquelle les troupes napoléoniennes, de retour de la terrible campagne de Russie, perdirent une grande quantité de soldats lorsqu’ils entreprirent la traversée de ce fleuve.

Advertisements

About Le monde du français

Cet article vous a plu ? Retrouvez-moi sur Skype dans des cours personnalisés et adaptés à vos besoins. Pour en savoir plus : francesenmallorca@yahoo.es
This entry was posted in L'expression du jour. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s