Intégrer les élèves adultes en cours de FLE…

Ce qui caractérise les élèves adultes dans une salle de classe, c’est leur hétérogénéité…
Alors que les enfants et les adolescents ont suivi le même parcours et le même rythme d’études (à quelques exceptions près), le professeur prend les adultes en chemin!

Prenons l’exemple d’une classe de français langue étrangère.
Certains ont déjà étudié le français à l’école, d’autres non. Certains ont déjà travaillé ou voyagé dans un pays francophone, d’autres non. Certains ont une sympathie pour la langue, voient de temps en temps des films en français, d’autres non. Certains parlent d’autres langues étrangères, d’autres non.
Le rôle du professeur est donc de créer une unité. Et tout cela sans freiner les élèves les plus à l’aise et sans décourager les autres!

La première chose à faire est de repérer les cas qui sont susceptibles d’avoir quelques difficultés.

– l’étudiant qui commence ou qui reprend l’étude d’une langue étrangère relativement tard. Commencer le français à 6 ou à 45 ans, ce n’est pas la même histoire!
– l’étudiant qui a perdu l’habitude d’étudier, qui perd du temps dans la prise de notes et dont la capacité de concentration s’effrite vite face à la résolution d’une difficulté.
– l’étudiant qui, pour les deux raisons citées précédemment, sait qu’il part avec un léger handicap par rapport au reste du groupe et qui baisse les bras avant de commencer le cours! Ce genre de comportement, surprenant chez un adulte mais assez courant, se traduit par les commentaires suivants:

– “Ne perds pas ton temps avec moi!”
– “Je ne t’interromps pas car je retarde les autres”
– “Je ne comprends pas mais continue! Je rattraperai à la maison!”

Face à cette situation, deux solutions s’offrent au professeur:

La première que tout formateur qui se respecte devrait naturellement rejeter: ignorer ces étudiants! Je dis “devrait” car ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Combien de fois j’ai entendu une collègue dire que ses élèves l’énervaient parce qu’ils ne comprenaient rien ou parce qu’ils étaient lents… Sans vouloir jouer au sauveur de l’élève en détresse, je répondrais que c’est précisément notre rôle de tirer ces élèves vers le haut…

La deuxième solution, une fois que l’on a repéré la difficulté et que l’élève l’a reconnue (ce qui n’est pas toujours facile car tout le monde a sa fierté!), est d’établir une sorte de contratavec l’étudiant: je ferai tout ce que je peux pour toi à condition que tu donnes tout! Les efforts ne peuvent pas être unilatéraux!

Étant donné que j’ai moi-même connu des groupes extrêmement hétérogènes durant de nombreuses années, je me permets de partager quelques conseils qui m’ont permis de vaincre avec plus ou moins de succès les différences entre élèves:

* Faites comprendre à l’étudiant qu’il n’est pas seul dans le groupe et qu’il doit y mettre du sien. Concrètement, faites-lui comprendre qu’il devra fournir un effort supplémentaire. Tout en évitant de le vexer bien sûr!

* Consacrez-lui un peu plus de temps: il s’agit simplement de profiter de certains moments (entrée et sortie de cours, pauses, correction d’un exercice pendant le cours) pour lui demander si tout va bien, pour vérifier discrètement s’il a bien compris ce qui vient d’être fait en classe, pour le remotiver, etc…

* “Dédramatisez” l’apprentissage! Eh oui, ces élèves qui n’ont pas étudié depuis quelque temps ont l’impression de s’attaquer à une montagne lorsqu’ils entrent dans la salle. Visage crispé, sérieux, ils froncent les sourcils dès que l'”affaire se complique”. Ou ils décident de tout prendre à la rigolade! Évitons donc les termes pompeux, simplifions les énoncés, ne faisons pas un étalage inutile de notre savoir et restons “au contact” des élèves. L’objectif est de ne perdre personne en route!

* Schématisez au maximum. En grammaire par exemple, partez de la règle générale pour terminer avec l’exception. Évitez d’assommer les élèves avec des règles, des exemples, des contre-exemples, des exceptions! Je tiens à ajouter que cela ne revient pas à appauvrir la qualité de l’enseignement mais plutôt à en faciliter l’accès et à le rendre moins opaque…

* Au risque de choquer les puristes du Français Langue Étrangère: si vous connaissez la langue de l’élève, utilisez-là! Peut-on sérieusement croire qu’un étudiant qui apprend une première langue étrangère à plus de quarante ans n’utilise pas sa langue maternelle comme référence? Pour l’amour de la langue et de l’apprentissage du français, l’idéal serait effectivement de ne donner le cours qu’en français: les consignes, les explications, les interventions spontanées (voir le débat dans cet article http://francais.enseignement.over-blog.com/article-doit-on-enseigner-le-fran-ais-uniquement-en-fran-ais-112035876.html). Mais quand vous vous trouvez devant un groupe de quatre cinquantenaires qui n’ont jamais touché le français de leur vie, qui doivent préparer un examen dans un délai de quatre mois et que vous maîtrisez parfaitement leur langue, allez-vous réellement vous priver de cette “béquille” qui va vous être extrêmement utile et qui va faciliter la tâche à tous?

* Pour terminer, favorisez la communication dans le groupe! Faites en sorte de créer une bonne ambiance, que la communication soit fluide entre les élèves et que les plus à l’aise prêtent main forte aux autres. Faites une pause pendant le cours. J’ai eu l’occasion de vérifier que ces cinq petites minutes de pause durant lesquelles le groupe apprend à se connaître peuvent changer la donne.

Même si ces conseils sont loin d’être la réponse définitive à tous nos problèmes et que vous passerez forcément par des moments de découragement et d’agacement (par exemple, lorsque le même élève vous demandera d’expliquer le passé composé pour la énième fois ou lorsqu’on vous demandera de revenir sur ce que vous avez dit… un bon quart d’heure plus tôt!), je pense qu’ils peuvent donner une idée de la marche à suivre…

Advertisements

About Le monde du français

Cet article vous a plu ? Retrouvez-moi sur Skype dans des cours personnalisés et adaptés à vos besoins. Pour en savoir plus : francesenmallorca@yahoo.es
This entry was posted in Petites histoires.... Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s