Mon auberge espagnole (première partie)

J’ai récemment appris qu’une auberge espagnole était à l’origine une auberge dans laquelle on pouvait bien évidemment dormir mais où l’on devait apporter son propre repas. L’usage de cette expression s’est aujourd’hui étendu notamment grâce à un film réalisé il y a une dizaine d’années dans lequel un groupe d’étudiants étrangers partageait un appartement à Barcelone.

Tout cela me rappelle mon auberge espagnole! Trois garçons dans cinquante mètres carrés (soixante selon le propriétaire), un appartement plutôt obscur (protégé du soleil selon le propriétaire) avec une drôle de sensation d’humidité permanente (frais selon… vous savez qui). Malgré tout, une belle expérience qui aura duré six ans.

Je me souviens de la première visite comme si c’était hier. J’avais contacté par téléphone un des locataires, un gars de Cadix à l’accent pas très prononcé (ceci était sûrement dû aux six mois qu’il avait passés à Soria et durant lesquels son accent s’était “dilué”). Première visite donc: il vient à ma rencontre dans le hall d’entrée. Poignée de main ferme et sincère, sourire jusqu’aux oreilles, il donne une impression de gars chaleureux et sérieux et remplit son rôle de guide avec grande application. L’appartement est petit mais pas en mauvais état, plutôt propre, il y a quand même quelque chose qui me chiffonne: il n’y a pas de lumière naturelle. Toutes les fenêtres donnent sur une cour intérieure et on est au premier étage. Bon, ça ira, je m’y ferai. De toute façon, je n’ai jamais vraiment été un adepte du bronzage. Le gars, d’un optimisme naturel que j’aurai le temps d’apprécier par la suite, dit que l’avantage de l’appartement est qu’il est toujours frais en été. On dirait que le proprio a su le convaincre… En attendant le deuxième visiteur, il me sort une collection impressionnante de disques de rock indépendant et de rock classique et marque un bon point: Les Smiths, PJ Harvey, Radiohead, Björk, Les Doors, j’en passe et des meilleurs.

Une demi-heure plus tard, le deuxième “visiteur” arrive. Visage de coureur de fond, maigre, barbu, il a un regard direct et franc qui m’inspire confiance. Allez, cette fois c’est bon, c’est d’accord pour la chambre. Petite réunion improvisée, on met tous les trois les cartes sur table, on définit les « règles du jeu » dans l’appartement. Bon signe, on est sur la même longueur d’ondes. Achat des produits ménagers, tâches ménagères, cuisine, on passe tout en revue… Le barbu a l’air légèrement maniaque (pour ce qui l’intéresse), le gars de Cadix beaucoup moins… C’est parti…
(À suivre)

Advertisements

About Le monde du français

Cet article vous a plu ? Retrouvez-moi sur Skype dans des cours personnalisés et adaptés à vos besoins. Pour en savoir plus : francesenmallorca@yahoo.es
This entry was posted in Petites histoires.... Bookmark the permalink.

2 Responses to Mon auberge espagnole (première partie)

  1. Laure CANNEAU-BESSE says:

    La suite, la suite!!! Tu éveilles notre curiosité et puis tu nous laisses en plan…Pas bien ça 😉

  2. Aaaahhhhh! J’apprends à doser, à me faire désirer!
    En plus, comme ça, ça t’oblige à revenir…

    Gros bisous.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s